Personnes

2 février 2022

Réflexions de Sherida sur l’origine ethnique et l’industrie des produits de beauté

Sherida est debout dans son magasin Shoppers Drug Mart
TBDTBDTBDTBD

Je suis obsédée par les produits de beauté depuis que je suis toute petite. Ma mère travaillait dans les cosmétiques et les soins de la peau et était toujours bien habillée. Elle allait chez la coiffeuse et faisait faire ses ongles. Je n’avais pas le droit de toucher à ses produits, alors quand je rentrais de l’école, je m’en mettais partout sur le visage et je me lavais avant qu’elle ne rentre.

Ma mère travaillait comme gérante des cosmétiques dans un Shoppers Drug MartMD d’Edmonton, où nous avions déménagé lorsque j’avais cinq ans, en provenance d’Angleterre. Nous sommes noirs, et à l’époque, il n’y avait pratiquement pas de maquillage pour nous. Je me souviens que lorsque nous recevions certaines petites marques, faites pour les peaux noires ou brunes, nous le disions à toutes nos amies et à tous les membres de notre famille.

Ce fut difficile de déménager à Edmonton. J’étais différente de la plupart des autres enfants, et j’avais un accent britannique très prononcé. J’ai été victime de racisme à la première école que j’ai fréquentée. Un garçon m’a insulté et ma mère est allée à l’école et a appelé ses parents. Elle m’a toujours défendue.

Aujourd’hui, je suis également comme ça avec mes enfants – je suis très protectrice. Ma fille a déjà été victime de racisme; elle a 13 ans et mon fils en a 10. Je leur dis : Vous avez l’air différent, alors si quelqu’un vous traite différemment, ne le prenez pas personnellement. Certaines personnes ignorent qu’il existe d’autres cultures et ethnies; d’autres croient qu’elles sont supérieures aux autres.

Lorsque je suis devenue gérante Beauté il y a six ans, il était très important pour moi d’avoir une équipe multiculturelle. La clientèle de mon magasin est essentiellement composée de femmes originaires des Indes orientales. Je voulais donc que mon équipe soit composée de personnes capables de mettre les clientes à l’aise, de parler leur langue et de s’identifier à elles. L’industrie du maquillage est tellement différente de celle de mon enfance – il y a tellement plus de produits disponibles pour différentes couleurs de peau maintenant.

Le Mois de l’histoire des Noirs vise à mettre en valeur et à célébrer notre culture. Mon mari est né et a grandi en Jamaïque, alors nous essayons de nous y rendre chaque année. Nous pensons qu’il est important pour nos enfants de savoir d’où vient leur père.

Ce mois a pour but de rééduquer les gens et de montrer non pas les difficultés que nous avons traversées, mais le chemin que la société a parcouru et celui qu’elle a encore à parcourir. Beaucoup de personnes portent la douleur de leurs ancêtres, et cela ne se voit pas toujours.

J’espère que le monde dans lequel mes enfants grandiront sera plus empathique et plus compréhensif que le monde dans lequel j’ai grandi. J’espère que leurs voix seront également entendues et qu’ils ne seront pas jugés selon leur apparence. J’espère que beaucoup d’autres portes leur seront ouvertes et qu’ils n’auront pas à faire leurs preuves ou à travailler plus dur parce qu’ils sont noirs. 

 - Sherida Edwards, Shoppers Drug Mart, Edmonton, Alb. (Centre commercial Tamarack) 

Vous avez des questions?