Santé et bien-être

13 juillet 2022

James contribue à réduire les déchets de plastique

James se trouve dans le site de remplissage et tient une grande bouteille remplie de comprimés. 
TBDTBDTBDTBD

Une campagne d’économie de plastique se déroule dans les coulisses de vos pharmacies locales Shoppers Drug MartMD et Pharmaprix. Ou, plus précisément, aux sites de remplissage centraux qui desservent les magasins à volume élevé pour remplir les ordonnances.  

Il y a deux sites de remplissage en l’Ontario, un site en Colombie-Britannique, un en Alberta et un au Québec. En plus d’une équipe d’employés qualifiés, chaque site fait appel à des robots afin d’exécuter les ordonnances et de les emballer pour la livraison. Ce modèle permet aux pharmaciens de gagner du temps en magasin et ainsi se concentrer sur la prestation de divers services à leurs patients, et non pas seulement sur la distribution. Sans surprise, les sites de remplissage centraux ont eu un impact considérable sur l’expérience client, mais récemment, Shoppers Drug Mart/Pharmaprix a vu une façon de les améliorer encore davantage.  

Il est évident qu’une quantité élevée de plastique est utilisée pour l’exécution des ordonnances. Les médicaments arrivent en vrac aux sites de remplissage, dans des bouteilles en plastique. Ils sont ensuite emballés dans des plaquettes alvéolées (des emballages en plastique avec des bulles pour contenir les comprimés) ou des flacons en plastique de couleur ambre, puis distribués aux patients. Toutefois, récemment, dans le cadre de ses engagements environnementaux, sociaux et de gouvernance, l’entreprise a imaginé un moyen très simple de réduire les déchets de plastique produits tout au long de ce processus : augmenter la taille des bouteilles.  

« Nous accordons une grande importance au recyclage, mais augmenter la taille des bouteilles permet d’attaquer le problème à la source, en réduisant la quantité de plastique utilisée », explique James Eaman, directeur, Gestion de projets, automatisation et amélioration continue. « En réduisant la quantité de plastique, il n’est plus nécessaire d’effectuer l’étape de recyclage. C’est un changement important, puisque même le processus de recyclage a une empreinte carbone. » 

L’équipe de James a commencé par communiquer avec Sanis, la division de Loblaw qui emballe les médicaments génériques, pour savoir quelles unités pourraient facilement être modifiées.  

« Sanis fait partie intégrante de l’entreprise et souhaite collaborer avec nous. Nous avons donc plus de liberté que si nous travaillions avec des fournisseurs externes », précise James. 

La vitamine D a été utilisée dans le cadre des essais préliminaires, qui ont été couronnés de succès. Le simple fait de passer de bouteilles contenant 250 comprimés à des bouteilles en contenant 2 000 a permis aux sites de remplissage de réduire de 17,6 kg la quantité de plastique utilisée par période. Ce qui équivaut à 17 000 bouteilles par année!  Récemment, l’intégration de huit nouveaux produits au processus a permis de réduire la quantité de plastique de 182,1 kg pour la période! 

L’équipe de James a dressé une liste d’autres médicaments génériques qui seraient de bons candidats pour ce projet. Et le progrès ne s’arrête pas là.  

« Lorsque nous aurons terminé à l’interne, nous nous tournerons vers nos fournisseurs externes pour cerner les possibilités. » 

Vous avez des questions?