Personnes

3 mai 2021

Christa voit les signes subtils de la maladie mentale

Une mère et sa fille adolescente souriantes, debout dans la rue de leur quartier
TBDTBDTBDTBD

Lorsque sa fille de 13 ans, Nafisa, a commencé à passer plus de temps dans sa chambre, à dormir davantage et à rentrer épuisée à la maison, Christa Wasko, spécialiste, Exploitation des pharmacies, a attribué les comportements à deux causes normales : l’adolescence typique et la fatigue associée à la pandémie. Tout cela a changé l’hiver dernier, lorsque ce qui a commencé par un mal de ventre un matin s’est transformé en un mois d’absence à l’école.

Nafisa, une enfant habituellement sociale et extravertie, a toujours grandi au centre d’un grand groupe d’amis. Elle aimait dessiner, peindre et pratiquer des sports. Et elle s’est toujours habituée aux changements, que ce soit lorsqu’elle a déménagé loin de la famille de Christa au Manitoba à l’âge préscolaire, ou lorsqu’elle a déménagé d’Ottawa à Trenton, en Ontario, à l’âge de 11 ans.

Souvent sur la route pour son travail en soutien aux pharmacies Shoppers Drug MartMD dans l’est de l’Ontario, Christa avait une routine matinale avec Nafisa : elles avaient une discussion vidéo pendant que Nafisa se préparait à aller à l’école, puis autour d’un dîner en famille, où elles discutaient de leur journée.

Au cours de quelques semaines, Christa avait remarqué que Nafisa était souvent trop fatiguée pour discuter après l’école, et elle et lui avait même demandé si elle avait vraiment besoin de voyager pour le travail. Un matin, lorsque Christa a appelé sa fille du travail à environ trois heures de route, à Ottawa, Nafisa lui a demandé si elle pouvait rester à la maison et manquer l’école, se plaignant de problèmes d’estomac. La tendance s’est poursuivie jusqu’à ce que Nafisa commence à refuser de manger, et finalement Christa ne pouvait même plus la faire sortir du lit. « Je n’ai tout simplement pas réalisé à quel point c’était grave », se souvient Christa.

Tiraillée entre continuer à soutenir nos pharmacies avec l’effort massif de vaccination contre la COVID dans toute la région et faire la lumière sur les changements de comportement de sa fille, Christa a appelé sa gestionnaire, VP de l’Exploitation, Tracey Dell.

« À ce moment-là, j’ai eu l’impression d’échouer au travail, d’échouer dans la vie et d’échouer avec ma fille », explique Christa. « J’ai donc été submergée par la réponse de Tracey :

« Elle m’a dit de prendre le temps d’être avec ma fille, que j’étais exactement là où je devais être. Elle a trouvé un moyen pour moi de continuer à fournir un soutien de la maison, afin que je puisse aider l’équipe et ma fille. »

Après une série de rendez-vous, notamment une conversation difficile avec son médecin de famille sur le risque d’automutilation et un test visant à écarter une maladie thyroïdienne héréditaire, Nafisa a reçu un diagnostic de dépression. À partir de là, la conversation a changé. « La dépression est une maladie grave », explique Christa. « Elle doit être traitée comme tout autre problème de santé. »

Le fait de trouver la racine du problème a aidé Christa à mieux soutenir sa fille. En plus des médicaments, Nafisa a appris des techniques comme les « cinq choses », un exercice de pleine conscience qui aide à recentrer l’énergie et à rétablir le calme. C’est une astuce que Christa lui a enseignée lorsqu’elle était si anxieuse de retourner à l’école que ses dents commençaient à claquer et qu’elle ne pouvait pas arrêter de pleurer.

S’il y a un conseil que Christa pourrait donner à d’autres aidants qui vivent une expérience similaire, c’est d’être ouvert à l’écoute et à la discussion, et ne pas hésiter à demander de l’aide. « Parler ouvertement de la dépression nous a permis d’être vraiment ouvertes au traitement. Je sais que Nafisa va avoir beaucoup de chemin à faire, mais elle fait de petits pas et elle est prête à obtenir de l’aide », explique Christa. « Plus je parle de mes expériences de parent, plus j’apprends que je ne suis pas seule. Beaucoup d’autres personnes ont vécu cette expérience ou la vivent actuellement, et je suis reconnaissante de savoir que j’ai le soutien de mon équipe. »

Pour plus d’informations, rendez-vous à la plateforme numérique de santé mentale de Shoppers Drug Mart ou l’application PC Santé.  

Vous avez des questions?